8 entreprises sur 10 se ménagent un budget « extra » pour séduire les talents

Pour gagner la guerre des talents, surtout en période de pénurie, un salaire brut supérieur à la normale peut-être un argument basique mais efficace pour capter un candidat qualifié. Une éventualité que n’hésitent pas à prévoir et budgéter 80% des entreprises. Mais ces salaires et le manque de transparence autour de leurs octrois peuvent s’avérer à double tranchant et risquer de démotiver les autres travailleurs.

La KU Leuven et Acerta ont mené l’enquête sur le sujet auprès de plus de 400 CEO et responsables RH. Les résultats sont loin d’être anodins vu le contexte d’indexation automatique des salaires à laquelle les entreprises devront faire face dès le 1er janvier prochain. Malgré cette augmentation obligatoire et générale à laquelle les sociétés doivent faire face, il existe donc aussi des « extras » particuliers, sorte de cagnotte supplémentaire « en cas de besoin »,  pour capter les oiseaux rares sur le marché de l’emploi. Quitte à installer une disparité salariale entre personnes à fonction égale. Outre l’argent, 43% des entreprises sont aussi disposées à dégainer si nécessaire d’autres avantages. Et plus le poste est élevé, plus la marge de négociation est grande.

Catherine Langenaeken, experte en rémunération d’Acerta Consult, explique : « Malgré l’augmentation des frais salariaux pour les entreprises, les candidats se trouvent toujours en position de force dans les négociations grâce à la pénurie sur le marché de l’emploi. 19 % des entreprises sont prêtes à octroyer aux profils convoités un salaire plus élevé que celui d’un travailleur déjà en service exécutant le même travail. C’est compréhensible en période de guerre des talents, mais ce n’est pas vraiment une bonne idée, car c’est de nature à miner la motivation de l’ensemble de l’équipe. De plus, le fait que près de la moitié des travailleurs belges (45 %) ne savent pas sur la base de quels critères leur employeur détermine le salaire, comme l’a démontré une précédente enquête d’Acerta, révèle qu’il existe un manque de transparence en matière de rémunération dans nos entreprises. »

Illu : pour quels profils et de quelle manière les entreprises prévoient-elles une marge de manœuvre dans les négociations salariales ?

Démotivation

Pratiquer des largesses pour embaucher est encore plus mal venu aujourd’hui car, comme le souligne l’enquête, 34% des travailleurs estiment « opaque » la politique salariale de leur entreprise au point d’ignorer le salaire octroyé à leurs collègues exerçant la même fonction.

Quant aux avantages extralégaux proposés, en marge du salaire brut, il apparait clairement que la marche arrière est enclenchée du côté de la voiture de société. 35 % des entreprises déclarent ne pas (ou ne plus) plaider pour la voiture de société comme élément de rémunération. Si 18 % réduiront leur parc automobile, seuls 10 % prévoient d’avoir plus de voitures de société dans les trois ans. Et 69 % affirment qu’elles ne proposeront que des voitures de société électriques d’ici 2026.

Le Professeur Yves Stevens de la KU Leuven commente : « Les employeurs peuvent faire la différence dans leur politique de rémunération en offrant des avantages. Les plus populaires sont les chèques-repas et les écochèques, les assurances (hospitalisation, pension, revenu garanti…), le matériel de bureau (ordinateur portable, écran supplémentaire, GSM (abonnement)) et les solutions de mobilité comme un vélo, une voiture de société avec carte essence… Certains avantages sont si populaires qu’ils sont presque banalisés, comme les chèques-repas et l’assurance hospitalisation. Parmi les avantages que les employeurs peuvent proposer à leurs collaborateurs en matière de mobilité, l’indemnité vélo est de loin la plus populaire. Rien de surprenant, car il s’agit d’une obligation dans certaines CCT sectorielles, également déductible de l’impôt des sociétés et les autorités publiques remboursent même plus que son coût réel. »

Gestionnaire RH

Union Benelux

Payroll Manager

FSMA

Aanmelden

Als lid van HR Square hebt u ook de mogelijkheid de digitale versie alsook de archieven van het tijdschrift te raadplegen via onze website.

HR Square News : la newsletter qui cartographie la GRH et l'envoie dans votre boîte mail.

Chaque semaine, nous vous donnons un aperçu des faits et événements les plus importants dans le domaine des ressources humaines. Vous avez également immédiatement un aperçu des événements RH à ne pas manquer.

Gratuit dans la boîte aux lettres pour ceux qui s’inscrivent.

S'inscrire

En tant que membre de HR Square vous avez également la possibilité de consulter la version numérique ainsi que les archives du magazine via notre site internet.