Un guichet pour demandeurs d’emploi ukrainiens

Actiris vient d’ouvrir un guichet spécifique pour les réfugiés ukrainiens en quête d’emploi en Région Bruxelles-Capitale. 328 sont déjà inscrits (à 83% des femmes) auprès de l’agence bruxelloise pour l’emploi. Mais Actiris s’attend à une forte croissance des demandes. Outre le nouveau guichet, un plan d’actions est aussi mis en place pour faciliter l’accès des demandeurs venant d'Ukraine sur notre marché du travail.

Demandeurs d’emploi, formez-vous !

Le gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale vient d’annoncer la mise en place, d’ici à 2024, d’une obligation pour les demandeurs d’emploi bruxellois de suivre un parcours de formations. Bernard Clerfayt, le Ministre régional de l’Emploi et de la Formation, a indiqué que Actiris se chargera de vérifier que les parcours sont bien suivis et de dresser, pour tous les demandeurs d’emploi, un bilan des compétences linguistiques, numériques et professionnelles.

1 indépendant complémentaire sur 20 devient indépendant principal dans les 2 ans

Sur base des données de 12 000 indépendants débutants, l’entreprise de services RH Acerta a établi que 4,5 % des indépendants ayant démarré une activité complémentaire en 2020 sont devenus depuis indépendants à titre principal. Cette tendance rejoint celle d’avant pandémie où ils étaient en moyenne 5% à vivre la même évolution. Particularités : les chiffres sont supérieurs à la moyenne dans les secteurs des professions libérales, des consultants et de la construction ; et ce sont surtout les trentenaires qui ont opéré cette transition pendant la crise du coronavirus.

Un travailleur de la vingtaine sur deux envisage un emploi dans un autre secteur

Les plus jeunes ont la bougeotte ! Selon une enquête du prestataire de services RH Acerta menée début 2022 auprès de 2000 Belges, la moitié des 20-30 ans actifs envisageraient de quitter leur travail actuel pour un poste dans un secteur complètement différent. La crise du corona a favorisé la réflexion des jeunes sur l’emploi qu’ils veulent exercer. Encore plus que d’autres générations, celle des travailleurs dans la vingtaine est particulièrement désireuse de tirer davantage de motivation de leur emploi et se dit prête, si nécessaire, à se mettre en chasse d’un poste plus valorisant. Un paramètre que les entreprises se doivent de maîtriser pour gagner la guerre des talents.

Travailleurs wallons et bruxellois bienvenus en Flandre

Unizo, l’union flamande des entrepreneurs indépendants, vient de demander au gouvernement flamand des mesures pour attirer davantage de travailleurs de Bruxelles et de Wallonie vers les PME flamandes. De manière à diminuer la criante pénurie de main-d’œuvre qui sévit dans certains secteurs du nord du pays.

Rebond des étudiants au travail et de leurs heures prestées 

Pour les jobs étudiants, il y a aussi un avant et après pandémie. L’activité des étudiants s'est totalement redressée pendant les dernières vacances de Pâques/Printemps. Jusqu’à des niveaux même supérieurs à avant la pandémie ! C'est l’enseignement qui ressort d'une analyse menée par Randstad Research, sur base du nombre d'étudiants en activité via RH Randstad Group, spécialiste du travail étudiant en Belgique. Plus nombreux à travailler, les étudiants ont aussi presté en moyenne plus d'heures que lors des vacances de Pâques de 2019 qui fut une année record. 

45% des travailleurs ignorent comment leur salaire est fixé !

Etonnant, n’est-ce pas ? Ce chiffre ressort d’une enquête menée par l’entreprise de services RH Acerta auprès de 2000 Belges. Et il n’est pas le seul à être interpelant. 84% des travailleurs n’auraient même pas de prise sur la composition de leur package salarial. Mais ont-ils seulement envie de négocier ? Même si 60% d’entre eux attachent de l’importance à la valorisation de leur ancienneté/expérience pour leur progression salariale, ce qui épanouit surtout l’employé belge c’est « un salaire équitable, un parcours de croissance clair et une communication transparente sur l’ensemble ». Vu l’ignorance de près de la moitié des travailleurs des critères pour fixer leur rémunération, il y a encore des efforts à faire côté transparence.

La R&D, matière première de notre prospérité économique ?

D’après la FEB, les talents, connaissances et la créativité mis au service de la Recherche et Développement seraient un des vrais trésors économiques de la Belgique. Ces denrées très prisées sur notre marché du travail permettraient de relever les défis d’aujourd’hui et de demain comme le vieillissement de la population, le changement climatique, la fracture numérique, les crises sanitaires ou encore les tensions géopolitiques. Les décideurs politiques l’ont bien compris à travers divers mécanismes de soutien, souligne la fédération patronale. Elle relève aussi qu’en une quinzaine d’années, « la Belgique est devenue une véritable référence R&D en Europe. Avec un niveau de dépenses de R&D de 3,17% du PIB en 2019 (contre 2% en 2009), la Belgique fait partie des leaders mondiaux absolus en la matière. » Les entreprises représentent près des trois quarts (74%) de l’activité de R&D.

La volonté de recrutement des PME au plus haut depuis 12 ans

Un record ! Sur base d’un sondage auprès de 612 chefs d'entreprise et responsables du personnel de PME sur leurs plans de recrutement pour le deuxième trimestre de 2022 (avril-juin), le prestataire de services RH et de secrétariat social SD Worx a enregistré des intentions d’embauche particulièrement élevées . Un nombre record de 43% de PME belges (organisations comptant jusqu'à 250 employés) chercheraient à recruter d’ici fin juin. Cette volonté est surtout observée dans des PME de Wallonie, de Bruxelles et de Flandre-Occidentale. La particularité est le niveau de recrutement annoncé, supérieur à celui de la période pré-pandémie et le plus élevé depuis 12 ans au début des mesures de l’aide à l’embauche. A l’inverse, l’enquête de SD Worx fait ressortir que les intentions de licenciement ont, elles, considérablement diminué et sont revenues au niveau d'avant Corona, soit 8,5%.

Le chômage bruxellois, « historiquement bas »

Avec une baisse de 5,2% entre février 2021 et février 2022, la Région bruxelloise stabilise son taux de chômage à un niveau de 14,9%, « historiquement bas » depuis dix ans, relève Actiris, l’organisme régional pour l’emploi en Région-capitale. La baisse est même de 5,8% chez les jeunes demandeurs d’emploi. Autre chiffre significatif : en un an le nombre d’offres d’emploi centralisées par Actiris (aujourd’hui autour de 6720 jobs proposés) a bondi de 117,1%. Une hausse à évidemment relativiser en tenant compte de l’impact de la pandémie il y a un an et la reprise des activités des derniers mois due à la sortie progressive de la crise sanitaire.

L’absentéisme pour cause de maladie en hausse

Depuis le début de l’année, le nombre de travailleurs absents pour cause de maladie ne cesse de grimper. Chez les jeunes, en particulier. En effet, selon des chiffres de Acerta portant sur le premier trimestre 2022, un nombre nettement plus élevé de travailleurs des entreprises belges ont été brièvement (moins d’un mois) absents pour cause de maladie. Il en résulte une perte de 3,6 % des jours ouvrables. Mis en perspective, ce pourcentage représente une augmentation de 53,7 % par rapport à une année moyenne « normale » (c’est-à-dire avant le coronavirus) et une augmentation de 46,5 % par rapport au premier trimestre 2021, année de référence en matière d’absentéisme de courte durée pour maladie dont les chiffres grimpaient déjà. L’absentéisme croissant pour cause de maladie est plus marqué chez les jeunes travailleurs, même s’ils sont proportionnellement moins malades. Les travailleurs du secteur des soins de santé sont plus souvent brièvement malades que la moyenne : 4,1 % des jours ouvrables au premier trimestre 2022.

Un lieu de travail plus inclusif en harmonie avec le congé parental 

En Belgique, le congé de paternité est passé, pour tous les enfants nés après le 1er janvier 2021, de 10 à 15 jours ouvrables. En 2023, il sera de 20 jours. Petite avancée donc... Les parents sont satisfaits… mais pas complètement. On est loin des grandes décisions. Et si on en espérait plus ? Si on osait une formule basée sur l'intégration de tous les schémas familiaux et l'égalité une fois pour toutes ? Ab InBev, entre autres, a depuis novembre 2021 ouvert la voie en allongeant le congé parental et en appliquant une politique plus inclusive.

Grande Démission? Pas en Belgique!

Les travailleurs ne montrent aucun signe d’évolution vers un comportement plus mobile sur le marché du travail. La pandémie n’a pas non plus changé la donne. La Belgique n’assiste pas au phénomène de « Grande Démission ». C’est ce qui ressort d’une étude menée par Randstad Research auprès de 3.016 travailleurs sur la façon dont ces derniers perçoivent leur carrière. Cette étude, qui fait suite à celle réalisée en 2014, témoigne avant tout d’une grande continuité avec la précédente. La principale différence réside dans la confiance accrue des travailleurs quant à la possibilité de trouver un autre emploi, tant au sein de leur entreprise qu’ailleurs.

En 2021, les Belges ont pédalé un cinquième de kilomètres en moins pour se rendre au travail

En 2021, les indemnités et les déplacements à vélo ont diminué d'un cinquième (22 %). En revanche, la proportion d'employeurs qui accordent une indemnité vélo et la proportion de salariés qui en bénéficient sont en hausse. De plus en plus de personnes se rendent au travail à vélo et bénéficient d'une indemnité vélo. C'est ce que SD Worx sait grâce aux calculs de salaires d'environ un million de travailleurs du secteur privé.

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages