< Retour au sommaire

Déplacements domicile-lieu de travail: les alternatives durables à la voiture doivent encore convaincre

Sept Belges sur dix se rendent au travail en voiture, mais nous ne sommes pas les plus mauvais élèves de la classe (internationale). En France et en Allemagne, la voiture est encore plus le moyen de transport privilégié pour se rendre au travail. Les Pays-Bas et le Royaume-Uni enregistrent de meilleurs résultats. Dans notre pays, les différences régionales sont marquées.

C’est ce qui ressort d’une enquête internationale menée par SD Worx, dans le cadre de laquelle 2.500 travailleurs ont été interrogés en Belgique. Il est frappant de constater que les voitures de société représentent une minorité de 14%, dont plus de la moitié des voitures de fonction sont nécessaires à l’exécution du travail (8%). Plus de la moitié des travailleurs (55%) déclarent prendre leur « propre voiture » pour leurs déplacements du domicile vers leur lieu de travail. Chez nos voisins aussi, la voiture personnelle prime : la France et l’Allemagne décrochent la première place avec 65% d’utilisation de leur propre voiture. La voiture partagée rencontre peu de succès non seulement en Belgique, mais aussi dans les pays voisins (et n’enregistre nulle part plus de 3%).

Par rapport à 2019, il n’y a pas de différences significatives dans notre pays, sauf pour la moto qui a légèrement diminué (de 3 à 2%). Cela signifie que le choix de la voiture (de société) et des transports en commun est resté pratiquement inchangé. L’effet coronavirus ne semble pas encore se faire sentir dans le choix du moyen de transport.

Des alternatives durables… uniquement sous certaines conditions


Un quart des travailleurs interrogés ne veulent en aucun cas échanger leur voiture. Pourtant, il existe des leviers. Près d’un travailleur sur trois (27%) est ouvert aux alternatives durables si elles se révélaient aussi rapides. Un travailleur sur cinq déclare envisager les transports publics, si le service était meilleur. Pour près d’un travailleur sur cinq (18,6%), le confort joue un rôle.

Des différences régionales

À Bruxelles, l’utilisation des transports publics (29% train, 35% tram/bus/métro) prime et dépasse de justesse l’utilisation de la voiture personnelle (29%). En Flandre et en Wallonie, l’utilisation de la voiture personnelle est la plus marquée (respectivement 54 et 70%). Les travailleurs flamands prennent le plus souvent le vélo (20% sur un vélo ordinaire et 10% sur un vélo électrique). Donnée étonnante: seuls 16% des navetteurs cyclistes flamands reçoivent une indemnité vélo exonérée de maximum 0,24 EUR par km.

Même si on examine les combinaisons de moyens de transport, nous remarquons des différences régionales. C’est pourquoi le top 10 affiche également des chiffres différents. La « voiture personnelle » domine dans toutes les régions (le plus souvent en Wallonie), mais à Bruxelles, au même niveau que le « métro/tram/bus ». Il est frappant de constater que le « vélo personnel » fait partie du top trois en Flandre; il entre tout juste dans le top 10 des moyens les plus utilisés en Wallonie (un dixième de la Flandre). À Bruxelles, le vélo ne fait pas partie du top 10, mais plutôt des combinaisons avec les transports publics. Le vélo électrique fait uniquement partie du top 10 de Flandre (5e position), également en combinaison avec la « voiture personnelle » (8e position).

En ce qui concerne la combinaison de moyens de transport, il reste encore du chemin à parcourir. Une constante dans chaque région est que les travailleurs s’en tiennent à une seule forme de transport. Ceux qui combinent le font avec leur propre voiture et leur propre vélo (Flandre), les transports publics (Bruxelles) et leur propre voiture et les transports publics/à pied en Wallonie.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages