< Retour au sommaire

Deux entreprises qui se partagent un travailleur: six employeurs sur dix ouverts à l’idée

Deux employeurs sur trois ont compris que tenter de résoudre le puzzle des talents et des tâches dans les limites propres de l’entreprise n’est pas toujours la méthode de gestion la plus efficace. Les entreprises se disent disposées à partager certains travailleurs. Le concept de « double employeur » peut représenter une nouvelle piste.

Les employeurs seraient-ils ouverts à l’idée de partager certains collaborateurs avec d’autres employeurs afin de les occuper moyennant des accords clairs? Les employeurs ont répondu le plus positivement à cette question pour le groupe des employés: 44% seraient prêts à partager des employés avec d’autres employeurs. Ils se montrent un peu plus réticents quant aux ouvriers (23%) et aux cadres (23%), d’après un sondage récemment effectué par Acerta.

« Voilà un bel exemple de nouvelle dynamique sur le marché de l’emploi, commente Amandine Boseret, juriste chez Acerta. 63% acceptent un double employeur. Une nouvelle dynamique qui a encore une grande marge de croissance en termes de portée. D’une enquête précédente, nous avons déjà appris par exemple que les employeurs doutent du fait que leurs collaborateurs estiment que l’employeur partagé est une idée envisageable. Selon les employeurs, 41% des employés n’y seraient pas favorables. Si les parties concernées osent discuter franchement du double employeur, cette idée peut devenir un nouveau levier. »

Une expérience externe profite aussi en interne

Pourquoi les employeurs envisageraient-ils de partager des talents avec une autre entreprise? Voici les avantages perçus par les employeurs:

  • De cette manière, les travailleurs concernés acquièrent également de l’expérience susceptible d’être utile pour mon entreprise
  • Cela offre à mon entreprise l’opportunité d’avoir recours à des talents/compétences spécialisé(e)s que je ne trouve pas maintenant
  • Je peux influencer positivement la rétention de mes bons travailleurs de cette façon
  • Cela me donne l’occasion de gérer les périodes de pointe et de creux au travail
  • Je dispose à présent de certaines fonctions pour lesquelles je n’ai pas d’emploi à temps plein

« En outre, il est intéressant pour les employeurs de partager les frais salariaux de cette manière, ajoute la juriste. Les employeurs considèrent l’expérience supplémentaire comme un facteur convaincant tant pour les ouvriers que pour les employés et les cadres. Ils estiment également que le facteur de la rétention importe surtout pour les employés et les cadres. Et partager un travailleur peut représenter une alternative pour des tâches que les entreprises doivent actuellement externaliser car elles n'ont pas de mission à temps plein à cet effet. »

Les travailleurs partagés, surtout une question de confiance

Quand les employeurs envisageraient-ils de partager des talents avec une autre entreprise? Voici les conditions auxquelles il faudrait répondre, selon les employeurs, afin de sauter le pas vers l’employeur partagé l’esprit tranquille:

  • Un lien de confiance avec l’autre employeur
  • La proximité géographique de l’autre employeur
  • Pas d’organisations concurrentes
  • Un lien culturel avec l’autre employeur
  • Rester dans le secteur
  • Beaucoup de moments de concertation avec l’autre employeur
  • D’autres périodes de pointe et creux au travail
  • L’autre employeur doit présenter environ la même taille

Plusieurs options de co-emploiement

Il existe différentes possibilités en vue de partager du personnel. Un exemple classique est le travail intérimaire, où un travailleur a deux employeurs: celui où il est occupé et l’agence intérim. Mais d’autres possibilités s’offrent encore aux organisations. « Le co-emploiement constitue une nouvelle approche, où plusieurs employeurs occupent la même personne. Ainsi, un spécialiste informatique peut par exemple travailler à la fois pour un bureau comptable et un bureau d’architectes, selon un seul contrat de travail. La loi relative au travail faisable et maniable a déjà simplifié de nombreuses procédures, notamment par la réforme du système de groupements d’employeurs. Pourtant, une simplification plus poussée est toujours nécessaire. En effet, nous constatons que 62,4 % des employeurs sont ouverts à l’idée de partager des travailleurs avec d’autres employeurs, mais que la distance entre se montrer ouvert et le faire effectivement est encore grande. Si les employeurs veulent partager du personnel, ils ne le font pas encore pour des raisons de complexité. Le cadre législatif doit être simplifié davantage. »

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages