< Retour au sommaire

Les employés continuent de prester 22% de leurs heures en télétravail

Il ne fait désormais plus aucun doute que la crise sanitaire a installé le télétravail durablement. D’après les chiffres d’Attentia, les employés belges effectuent encore une partie considérable de leurs heures en télétravail. Et cette tendance se maintiendra jusqu’en 2021. Avec un impact positif sur la fluidité du trafic.

Selon les estimations du Centre de gestion du trafic routier, la congestion routière du trafic et les embouteillages sur nos routes ont diminué de 32% au cours de ces derniers mois en comparaison de la même période de l’année dernière. Ce n’est pas un hasard si ces chiffres significatifs s’inscrivent en parallèle avec ceux du télétravail, collectés par Attentia lors d’un sondage effectué auprès de 70.000 employés travaillant pour des entreprises employant au minimum 100 personnes. Depuis le déclenchement de l’épidémie Covid-19, le télétravail est devenu monnaie courante pour de nombreuses entreprises, atteignant un point culminant en avril lorsque les employés ont presté pas moins de 40% de leurs heures en télétravail. Le score a même atteint 61% parmi les membres de la direction et les cadres.

Le pic est maintenant passé, mais la tendance, elle, n’a certainement pas disparu. Au mois d’août, les employés ont encore effectué 22% de leurs heures à distance, contre 40% pour les cadres. Le télétravail est par contre négligeable chez les ouvriers dans la mesure où, dans la plupart des cas, ces salariés doivent être physiquement présents pour effectuer leur travail.

Le télétravail occupe aujourd’hui une grande place dans le rythme de travail des salariés belges et la situation n’est pas près de changer de si tôt. En réalité, le télétravail gagnait déjà en popularité avant la crise du coronavirus mais les chiffres étaient alors beaucoup moins spectaculaires. Avant le Covid-19, les employés et les cadres n’effectuaient en moyenne que 3 à 5% de leurs heures en télétravail. Ces chiffres donnent toutefois une fausse idée de la situation dans la mesure où peu d’entreprises avaient alors encadré structurellement le télétravail et que, dans la majorité des cas, elles n’en gardaient donc pas la trace. Quoi qu’il en soit, le coronavirus a provoqué un effet d’accélération de cette tendance.

A l’évidence, le télétravail et la mobilité sont par ailleurs intimement mêlés. L’analyse effectuée par Attentia démontre que l’utilisation de la voiture particulière pour le trajet domicile-travail (associée à une indemnité de déplacement domicile-lieu de travail) a fortement régressé au cours des mois écoulés. En avril, il était question d’un recul de 43% du côté des ouvriers par rapport au mois de janvier, traditionnellement l’un des mois les plus chargés sur les routes. Du côté des employés, la diminution de l’utilisation de la voiture personnelle fut de 49,5%. La situation s’est par contre normalisée depuis le mois d’août. De même, l’utilisation du vélo, qui avait le vent en poupe depuis plusieurs années pour les

Les employeurs, eux aussi, n’ont pas manqué de remarquer l’impact qu’a le télétravail sur la mobilité. Désormais, ils étudient la manière d’installer structurellement et de manière optimale le télétravail au sein de l’entreprise. On parle ici de politique du télétravail mais la mobilité y est indissociablement liée. C’est ainsi que de nombreuses entreprises s’interrogent sur l’usage qu’elles peuvent faire des budgets alloués aux indemnités de mobilité si les collaborateurs doivent dorénavant travailler davantage de chez eux.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages